Par Mathilde Crépin, G3E et Geneviève Audet, SCABRIC
Pour faire suite à notre rencontre avec la Sépaq, on a demandé à Geneviève Audet, de la SCABRIC (l’un des coordonnateurs régionaux de J’adopte un cours d’eau) de nous parler de sa vision de nos programmes face à la biodiversité. Et voici sa réponse :
Avoir de l’information sur les espèces qui vivent dans notre environnement immédiat, ça ouvre une foule de portes! Pour les organismes de bassins versants, l’échantillonnage tel que celui qu’on fait dans les programmes J’adopte un cours d’eau et SurVol Benthos aide à mieux planifier les actions qui découleront des Plans directeurs de l’eau, tant pour les OBV que pour les acteurs du milieu, comme les municipalités et les villes. Des macroinvertébrés indicateurs de mauvaise qualité du milieu sont retrouvés dans une rivière? On se servira de ces données pour trouver les sources du problème (car on se rappelle le concept de bassin versant où tout est lié), et ainsi axer les efforts pour régler ceux-ci. Des macroinvertébrés indicateurs de bonne qualité du milieu sont retrouvés dans un autre cours d’eau? On en profitera pour bien planifier la protection de l’écosystème et surtout, comment allier utilisation du territoire à conservation de celui-ci.
Des programmes comme J’adopte un cours d’eau, quant à eux, permettent aux professeurs aussi bien qu’aux élèves de découvrir la biodiversité des cours d’eau : c’est le fun, la science! Et ce n’est pas qu’en classe ou en labo qu’on peut en faire. D’ailleurs, il y a quelques années, à l’école Arthur-Pigeon à Huntingdon, l’une des écoles de la SCABRIC, participer à J’adopte un cours d’eau a donné envie au professeur de donner l’occasion aux élèves de profiter du ruisseau Schyler. Avec de l’aide financière, la rive a donc été transformée en parc riverain, où les étudiants peuvent maintenant aller jogger, marcher, ou simplement prendre l’air. Ce projet a donc non seulement contribué à améliorer la qualité de vie des étudiants dans leur milieu scolaire, mais ça a aussi aidé à contrer le phénomène d’érosion des berges qui était observé et, étant donné les plantations effectuées, amené une belle diversité de végétaux dans le parc. Et maintenant, tous peuvent en profiter!
Un merci spécial au NSERC / CRSNG pour soutien financier lors de la #Scilit.