Changements climatiques – informations complémentaires

Bassin versant

Définition : Un bassin versant est l’ensemble d’un territoire drainé par un cours d’eau principal et ses tributaires. Source : ROBVQ

Explications : Tout comme un entonnoir, la pluie tombe dans les montagnes et s’écoule dans de petits cours d’eau, qui se jettent à leur tour dans de plus gros. La morphologie du territoire détermine les limites d’un bassin versant et n’est donc pas définie par les limites des municipalités ou des MRC. Les organismes de bassins versants (OBV) s’occupent de la gestion de ces territoires. Dans un contexte de changements climatiques, certains OBV développent des projets d’adaptation afin d’assurer une gestion appropriée des bassins versants.

Morphologie du territoire

Définition : La morphologie du territoire est la forme et l’apparence extérieure d’un territoire en question.

Explications : Lorsqu’une goutte de pluie tombe sur le sol, elle s’infiltre dans le sol jusqu’à ce qu’il soit complètement gorgé d’eau. Quand le sol est saturé d’eau (il ne peut plus absorber d’autres particules d’eau), les prochaines gouttes ruissèlent vers un point plus bas. L’eau va créer des chemins préférentiels en creusant le sol. L’eau déloge de fines particules du sol lorsqu’elle se déplace, un phénomène responsable du transport de polluants et de pathogènes qui peuvent contaminer les milieux aquatiques et terrestres. Un pathogène est un agent (virus, bactérie, champignon, etc.) qui est à l’origine d’une maladie. L’augmentation de la fréquence des pluies abondantes, causée par les changements climatiques, auront comme effet de modifier la morphologie du territoire et d’apporter un apport de sédiments plus important dans les cours d’eau.

Vie aquatique : l’exemple de l’omble de fontaine

Définition : Pour comprendre les répercussions des changements climatiques sur la faune aquatique, prenons comme exemple un poisson commun au Québec; l’omble de fontaine.

Explications : L’omble de fontaine est un poisson qui a besoin d’eau fraîche bien oxygénée pour répondre à ses besoins. Les changements climatiques auront toutefois pour effet d’augmenter la température de l’eau, ce qui fera diminuer la concentration en oxygène dissout. La diminution d’oxygène rendra le milieu de l’omble de fontaine difficile pour sa survie. Le manque de proies, en raison de la dégradation des milieux, pourrait aussi être une des raisons de son dépérissement. L’espèce devra alors soit s’adapter à son milieu, migrer vers un milieu plus favorable ou alors elle disparaîtra. Pour l’humain, le dépérissement de l’omble de fontaine aura des répercussions économiques sur la pêche.

Précipitations

Définition : Les précipitations subiront plusieurs variations avec les changements climatiques et causeront des impacts considérables à la faune et la flore.

Explications : Les précipitations sont définies par trois paramètres : intensité, durée et fréquence. Avec les changements climatiques, elles seront plus fréquentes, plus intenses et plus longues. Les sols se retrouveront rapidement saturés (le sol est gorgé d’eau et il ne peut plus en absorber), ce qui augmentera le ruissellement de l’eau. Dans ce cas, les polluants qui étaient autrement absorbés par le sol pourront se retrouver dans les milieux naturels et affecter la santé de la faune et la flore.

Plaine inondable

Définition : Une plaine inondable est un milieu terrestre qui devient occupée par un cours d’eau lorsque celui-ci déborde de son lit.

Explications : Les plaines inondables occupent un rôle très important dans l’atténuation des inondations en régularisant le débit des cours d’eau et en protégeant les infrastructures de l’érosion. Les humains ont toutefois toujours eu tendance à s’établir dans ces zones : attrait visuel des cours d’eau, accès à l’eau facile pour l’agriculture et la pêche, etc. Avec l’augmentation des extrêmes climatiques causés par les changements climatiques, il est de plus en plus important de respecter ces environnements naturels pour éviter les dommages à nos infrastructures.

Eau souterraine

Définition : L’eau souterraine est une eau qui n’est pas visible à la surface de la terre, elle se retrouve dans les interstices des grains de sable et dans les fissures des roches.

Explications : Bien qu’elle ne soit pas visible, l’eau souterraine est la principale source d’eau potable au monde. Au Québec, elle alimente 25% de la population. L’eau souterraine se retrouve dans les pores des sédiments et des roches, se recharge avec les précipitations et se déverse dans les plans d’eau (lacs, rivières, océans) pour atteindre un état d’équilibre. Avec les conditions climatiques extrêmes qui augmentent (sécheresses, précipitation intenses), le taux de recharge des eaux souterraines est perturbé et limite la quantité d’eau totale disponible pour subvenir aux besoins des populations en eau potable.

Bandes riveraines

Définition : Une bande riveraine est une bande de végétation (arbres, arbustes, herbacées) qui joue un rôle de zone de transition entre les milieux aquatique et terrestre.

Explications : Stabilisation des berges, filtration des polluants, réduction du ruissellement et de l’érosion, biodiversité, contribution à la santé du milieu aquatique : la bande riveraine contribue grandement au maintien de la santé de l’écosystème. La destruction des bandes riveraines pourrait amplifier l’apport de sédiments et de polluants dans l’eau. Par exemple, l’atténuation des inondations fait partie des rôles clés des bandes riveraines pour diminuer les impacts des changement climatiques.

Biodiversité

Définition : La biodiversité est « la diversité ou la variété du monde vivant, c’est-à-dire la variété des espèces, de leurs caractères génétiques et de leurs milieux de vie, appelés aussi habitats ou écosystèmes ». Source : MFFP

Explications : La biodiversité est un concept au cœur d’un environnement naturel en santé. Purification de l’air, décomposition de la matière, régularisation du cycle de l’eau… Tous ces rôles permettent de maintenir un environnement sain et harmonieux pour la faune, la flore et le territoire. La biodiversité permet aussi de maintenir un certain état d’équilibre lorsque survient une perturbation dans l’environnement, comme les changements climatiques. Elle permet aussi aux humains de satisfaire leurs besoins essentiels en leur procurant des services écologiques (nourriture, fibres pour vêtements, médicament, matériaux de construction, etc… le décompte est long!).

Services écologiques

Définition : Les services écologiques sont la gamme d’avantages que les êtres humains retirent de la nature. Avec les changements climatiques, ces services seront touchés et les êtres humains devront s’adapter pour répondre à leurs besoins.

Explications : Les services écologiques occupent une très grande place dans la vie des êtres humains. D’ailleurs, la plupart des sujets abordés ci-haut procurent des services écologiques; l’eau souterraine procure de l’eau potable, les poissons fournissent de la nourriture et des activités récréatives, les plaines inondables diminuent le risque d’inondation, etc.  Une étude révèle même que près du tiers des aliments qui sont consommés par les êtres humains proviennent de la pollinisation réalisée par les animaux (en particulier des abeilles)! Cet exemple démontre bien l’importance des services écologiques et de trouver des solutions pour s’adapter aux perturbations qu’apporteront les changements climatiques.

Comment s’adapter?

Définition : Il peut être difficile d’établir comment s’impliquer et savoir quelles actions ont réellement un impact dans l’atténuation des changements climatiques. Voici quelques explications de l’importance de l’implication citoyenne pour une adaptation efficace de la société aux changements climatiques.

Explications : La participation citoyenne aux projets de surveillance de la qualité de l’eau, comme ceux du G3E, est un élément clé dans la protection des cours d’eau. De plus, les actions d’adaptation faites dans le quotidien des citoyens sont aussi des moyens qui ont des impacts positifs, bien que l’on puisse penser qu’une petite action ne change pas réellement les choses. Végétaliser sa propriété, limiter sa consommation d’eau potable et éviter toute construction dans les zones inondables sont des exemples d’actions. La clé d’une adaptation aux changements climatiques réussie repose sur un travail conjoint entre scientifiques, organismes environnementaux, gouvernements et municipalités, sans oublier les citoyens!